DINGO PDF, EPUB

Mais comme les indigènes australiens n’ont pas domestiqué les dingos, les animaux de race pure restent essentiellement inchangés depuis leur arrivée.


ISBN: B00A1SC1DU.

Nom des pages: 240.

Télécharger DINGO gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Une fable cynique
Il s’agit d’un récit grâce auquel nous pénétrons dans un monde de fantaisie, mais qui n’exclut pas l’observation vacharde : le romancier y décrit sous les couleurs les plus noires la misère intellectuelle et matérielle des habitants de Cormeilles-en-Vexin, où il habite, et qu’il rebaptise Ponteilles-en-Barcis.
Le véritable héros de ce roman-fable n’est pas un homme : c’est le propre chien éponyme de Mirbeau, Dingo, mort en octobre 1901 et devenu figure mythique, qui est placé au centre du récit et par le truchement duquel le romancier, devenu vieux et incapable de poursuivre ses grands combats esthétiques et politiques, exprime sa révolte, son dégoût et sa soif de liberté. Il renoue ainsi avec l’héritage des philosophes cyniques grecs, qui recouraient à la « falsification » des valeurs sociales et à leur transgression pour mieux en démontrer l’absurdité.
Il se garde bien de faire de son chien Dingo un modèle. Car ce sympathique animal, qui a été dûment dénaturé par les hommes et qui en meurt, n’en est pas moins resté un prédateur sanguinaire, qui obéit à l’universelle « loi du meurtre » régissant la nature aussi bien que les sociétés humaines.
Mirbeau se met lui-même en scène, mais en tant que personnage de fiction, qui présente bien des différences avec l’auteur réel dont le nom figure sur la couverture, de sorte que le lecteur n’est pas toujours en mesure de faire le départ entre le vécu et ce qui relève de la caricature, voire de la galéjade.
Mirbeau contribue ainsi à renouveler le genre romanesque et à rompre une nouvelle fois avec les présupposés du roman réaliste.
Le ton de ce livre à la fois léger, drôle et acerbe ne laisse pas apparaître la moindre trace d’usure. C’est au contraire un texte vif, plein de fantaisie : le récit à la première personne d’un homme – l’auteur lui-même pour une bonne part – qui tombe sous le charme singulier d’un chien bâtard, gauche et sournois qu’un ami lui fait parvenir d’Australie ; chien qui, incontrôlable, va rapidement semer la zizanie dans un village d’apparence paisible. La réaction de méfiance et de mépris des « braves gens » donne l’occasion à Mirbeau de faire tomber les masques, de dépeindre une nature humaine vicieuse et malintentionnée. L’auteur s’amuse des forfaits de l’animal, et amuse par la même occasion le lecteur, mais surtout, il fait montre de beaucoup de finesse d’esprit pour démonter les apparences, par définition toujours trompeuses.

« (…) Dès que je l’eus caressé -, bien timidement, et cela me fut désagréable, car j’ai une répulsion physique invincible pour tous les nouveaux-nés -, il se mit à trembler, puis à pousser des plaintes et des cris de protestation… Des cris de protestation, je dis bien. Cette précocité si rare m’émerveilla.
Respectueusement, je le déposai sur le sol, où ses cris redoublèrent. Et, vraiment, je ne pus m’empêcher de rire de ses mines revendicatrices, de son tapage irrité. Croyez bien qu’il n’y avait nulle moquerie, en dépit du ridicule équipage dans lequel m’arrivait ce petit pensionnaire, mais de la sympathie et de l’admiration pour lui.
Je l’avoue, l’idée seule que cet embryon protestât déjà et si spontanément, et sans aucune littérature, contre la stupidité, la malignité, la malpropreté des hommes ou contre leurs caresses, m’enflamma. Oui, j’avoue que ce pessimisme, en quelque sorte prévital, me réjouit dans mon pessimisme invétéré et fit que je m’intéressai davantage au sort de cet être larvaire qui, encore noyé dans les limbes et sans l’avoir jamais vu, allait entrer dans le monde avec une conception de l’humanité si parfaitement conforme à la mienne. (…) »

La distance moyenne à l’A29 parmi les séquences de dingo diffère considérablement entre l’Australie occidentale et les autres parties de l’Australie (tableau 1). On pense que le dingo a contribué à l ‘extinction du continent. Les tanières de Natal sont faites dans des grottes, des trous de lapin ou des troncs creux, tous à proximité de l’eau.

Ensuite, ils l’ont reconstruit numériquement pour les besoins du modèle. Sa couleur varie entre le brun jaunâtre et le brun rougeâtre, souvent avec les parties inférieures blanches, les pieds et l’extrémité de la queue. Ce code postal est le moyen le plus simple et rapide de rechercher et de vérifier les codes postaux pour toutes les banlieues et les lieux autour de l’Australie. Essayez à nouveau ou visitez Twitter Status pour plus d’informations.